De la condition de girafe par temps de guerre

Salut les Z’amis!

Connaissez-vous Ruthie? Non?

Il faut absolument que je vous parle de cette demoiselle…

Ruthie, nous apprend l’AFP qui cite le Yédiot Aharonot, est en proie à la mélancolie:

Girafe palestinienne de son état, elle se morfond dans sa cage du zoo de Qalqiliya.

Son cher et tendre a succombé à une crise cardiaque lors d’un récent raid israélien.

Frappée par le deuil, la voilà désormais condamnée à rester esseulée:

Son unique partenaire potentiel est cantonné dans un parc zoologique près de Tel Aviv…

Et pas question d’envisager un transfert!

Cela me rappelle le « Bestiaire pour les jours de cafard » (Jean Zeboulon, Seuil), lecture vivement conseillée par ces temps automnaux…

« Girafe: qui dit tout haut ce que les autres pensent tout bas »

Sans se faire tordre le cou?

4 Comments

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s