Songe d’une nuit d’été à Genève

17 Juillet 2009, vers 2H du matin. Orage vue depuis Coppet: vue de Geneve sous les eclairs lors de l'orage de cette nuit. Photo: Antoine Friboulet

Drôle de samedi soir en ces jours étranges… Les titres d’Euronews 16/07/06 – 00:00 ne disent rien qui vaille… But « everything is fine » comme on dit…

Des roquettes ont touché pour la première fois les bords du Lac de Tibériade, « le processus de paix au Proche-Orient est mort », a dit la Ligue arabe, spectaculaire enlèvement du président du Comité olympique irakien… US et Russie ont signé un accord sur le nucléaire…  Bon, on va s’arrêter là… Pour un samedi soir! Après un vendredi tout aussi strange… Et vous, c’était comment ce 14 juillet?

J’ai promis de vous raconter, je le ferai…

Mais il me faut d’abord mettre quelques points sur les i à l’adresse d’une journaliste suisse-italienne qui m’a « interpellée », lors de la réception donnée à l’occasion de fête nationale… Pour tout vous dire, je suis un peu lasse d’être attaquée sur sol français pour ma nationalité suisse – cela s’est produit, certes sans dommage, dans la citée phocéenne – et sur sol suisse, pour ma nationalité française…

Contexte: Mission permanente de la France, 19 heures passées, diplomates et journalistes virevoltent sous trois tentes dressées dans le parc… Coupe de champagne Panier… A la main… Les festivités ont débuté à 17h30… De la route de Pregny aux Ormeaux, le ballet du millier d’invités défile sous la chaleur… « On n’est pas là pour se faire engueuler », comme chante Boris Vian… Et pourtant!

Texte: « Alors c’est quoi, cette France que je ne peux pas comprendre? », balance la journaliste suisse-italienne. Avec pour follow up: « Et puis d’abord, Elle a beaucoup à se reprocher, la France… »

Vraiment, ce 14 juillet n’avait pas démarré sous les meilleurs auspices – midday au Palais des Nations n’était guère fraternel – mais là ça commence à faire beaucoup… Alors, voilà, chère Madame A., la réponse d’une Française à vos questions quelque peu acides, vous en conviendrez volontiers… Ce, d’autant un jour de fête… nationale…

Je vous l’avoue, la polémique me démange… Mais si je cédais à cette tentation, j’accréditerai encore un cliché sur les Français et prendrai le risque de m’engager dans la voie stérile de l’escalade.

Je vais donc me contenter d’une amicale pichenette, à défaut d’une Panelka. Ne pas répondre à cette provocation presque transalpine. Et vous souhaitez, de tout coeur, de découvrir, un jour, cette certaine idée de la France!

Plus sérieusement, je saisis l’occasion de ce post-14 juillet pour délivrer un petit message. A l’adresse de ceux qui font mine d’avoir oublié que la France est encore une République – comprenne qui pourra – je pense être autorisée à dire que le « peuple français » n’a cure de leurs curieux voeux de bonne fête… dont ils feraient mieux de se garder s’ils ne veulent pas qu’on la leur fasse, la fête! Crasse ignorance historique que de croire qu’en 2006, c’est à Dieu de  » veiller » sur le peuple de France… Bref! Pas de cours sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat mais ceux qui ont été spammés par ce mailing, vous voyez où je veux en venir, n’est-ce pas? Edmond, Zorg, qu’en pensez-vous?

Je termine ce billet weekender en souhaitant un bon dimanche aux Femmes et aux Hommes de bonne volonté, sans omettre de vous transmettre LA news du jour: il paraît que « L’Amour est de retour »… C’est en tout cas ce slogan qui a fait descendre dans les rues de Berlin un million de personnes… pour une Love Parade renaissant de ses cendres… Allô, allô Berlin? Y a quelqu’un au bout du fil?

Bon, je file, c’est l’heure du brunch et le JDD attend d’être lu: une exclu de Sarko, l’homme qui, comme Zidane, va bientôt prendre un pied à terre dans le Chablais français… Décidément, la région est très tendance comme on dit…

Tchô! A tout bientôt, pour un updated sur le PO…