Salam Pax… A vos plumes!

Bonjour à toutes et à tous,

Pour débuter une nouvelle journée qui s’annonce, pour beacuoup, interminable, un peu de lecture… Le Monde interactif nous offre des morceaux choisis du dialogue entre blogueurs libanais et israéliens: http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-734511,36-796681@51-796255,0.html

Gardez le cap, et à plus tard…

3 Comments

  1. Eh, oui, les gens se parlent, c’est toujours une espèce de miracle en ces temps d’idées toutes faites et de certitudes à l’emporte pièce.
    Même phénomène lors des guerres précédentes, quand les types des deux bords se retrouvaient soudain autour d’une activité humaine. Je ne sais plus quel auteur évoquait cet Allemand, dans la tranchée d’en face, allumant sa cigarette, avec ce geste banal qui est celui d’une fraternité. Et lui, le tireur, constatant soudain qu’il s’agissait d’un « semblable » et interrompant son geste. On ne tue pas qui nous parle, par le geste ou par la parole.
    Ce qu’on tue, c’est toujours l’autre, c’est à dire une idée toute faite, un coin de tiroir pour y ranger tout un bric-à-brac de haine et d’intolérance.

    Ce qui menace Israël, aujourd’hui, c’est moins les attaques de certains groupes extrémistes que la démographie. Alors, oui, l’envie de préserver quelque chose, une image à nouveau, une tradition, quelque chose qui relève de la culture et parfois de la foi. Mais bon, si tous ces gens qui se tapent sur la gueule oubliaient leurs racines pour convoler en justes – oui, justes – noces, on pourrait enfin décliner dans la réalité: « Faites l’amour pas la guerre ».
    Je me souviens de cette annonce dans Libé: « Jeune femme juive cherche jeune homme de même confesssion ». Quand on écrit ce genre de message, se rend-t-on compte qu’on exclu toute une partie de l’humanité? Faut-il établir une hiérarchie humaine, et qui est à même de le faire?
    Dire ça, oui, et aussi qu’Israël a le droit d’exister (en paix, sans crainte des attentats) et de se défendre. En prenant garde, toutefois, de ne pas tomber dans une spirale nihiliste. « Nous pardonnerons tout aux Palestiniens, sauf de nous avoir fait tuer leurs enfants », disait autrefois Golda Meir. En tuant les enfants libanais, Israël veut-elle désormais exclure ce peuple de son pardon?

    Zorg

    J'aime

  2. Ping: Anthony

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s