De la Liberté de Penser… et de la Couleur Bleu… Par Temps de législatives…

« Je pourrais vous prouver que la liberté de penser, la liberté de penser sans obstacles, sans limites, fonde seule et assure le bien des Etats; je pourrais vous démontrer cela de la manière la plus évidente par des raisons irréfutables:

je pourrais vous le montrer par l’histoire; je pourrais encore vous désigner de grands et de petits pays qui continuent à fleurir, grâce à elle, ou qui, grâce à elle, sont devenus florissants sous nos yeux; mais je ne le ferai pas.

(…)

J’ai confiance en vous; vous entendrez volontiers la voix sévère, mais amère, de la vérité.

Prince, tu n’as point le droit d’opprimer notre liberté; et ce que tu n’as pas le droit de faire, quand même les mondes s’écrouleraient autour de toi et quand même tu devrais être enseveli sous les ruines avec ton peuple. Ne t’inquiètes pas de ces ruines, ni de ton sort et du nôtre en cette catastrophe: celui-là veillera qui nous a donné les droits que nous auras respectés.

Johann G. Fichte, De la revendication de la liberté de penser auprès des princes de l’Europe qui l’ont opprimée jusqu’ici (1793)