Aller simple/Erri de Luca

Nous sommes les innombrables, redoublés à chaque case d’échiquier,

Nous pavons de squelettes votre mer pour marcher dessus.

Vous ne pouvez pas nous compter, une fois comptés nous augmentons

fils de l’horizon, qui nous déverse à seaux.

Nous sommes venus pieds nus, sans semelles,

et n’avons senti ni épines, ni pierres, ni queues de scorpions.

Aucune police ne peut nous opprimer

plus que nous n’avons déjà été blessés.

Nous serons vos serviteurs, les enfants que vous ne faites pas,

nos vies seront vos livres d’aventures.

Nous apportons Homère et Dante, l’aveugle et le pèlerin,

l’odeur que vous avez perdue, l’égalité que vous avez soumise.

Extrait d’Aller simple, Erri de Luca, traduit par Danièle Valin, 2012

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s