Alpbach : Montagne magique et centre intellectuel de l’Europe

  Loin des métropoles globalisées et blottie derrière un ensemble de montagnes imposantes, en plein milieu des alpes tyroliennes d’ Autriche se cache un petit village, Alpbach. Les campagnes semblent briller du vert de l’herbe et les géraniums sur les balcons des maisons se penchent doucement vers le soleil. Le seul bruit perceptible est le tintement de quelques cloches de vaches qui résonnent de temps en temps dans la vallée. Un paradis parfait pour des vacances idylliques, à l’abri de tous les problèmes du monde. Ce calme, cependant, est trompeur.

  Chaque année au mois d’août, ce petit village devient un centre de débats et de dialogues internationaux et européens. C’est le Forum Européen d’Alpbach (European Forum Alpbach). Pendant 17 jours, plus de 700 étudiants du monde entier se rendent au forum pour se confronter aux questions variées de notre époque quelquefois sujettes à controverse. Ils interrogent politiciens, scientifiques et intellectuels de toutes les disciplines, dans un environnement sans hiérarchie ni tabous. Au milieu des maisons tyroliennes en bois se dresse le nouveau centre des congrès, inauguré en 2016 par Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne .

Mais commençons par un peu d’histoire…

  En 1945 un groupe d’étudiants et de professeurs font une randonnée dans les montagnes tyroliennes. Ce n’est pas par hasard qu’ils trouvent refuge dans la vallée reculée d’Alpbach : ils cherchent un endroit sûr, loin des zones de guerre. Leur objectif est de créer un espace d’échange et de débat académique pour réfléchir à l’avenir de l’Europe et construire la paix loin des arènes politiques, mais à travers le dialogue interdisciplinaire. Depuis, des milliers d’étudiants et de professeurs sont venus à Alpbach, parmi eux des célébrités comme Sir Karl Popper, Theodor W. Adorno, Peter Sloterdijk, Friedrich A. von Hayek, Konrad Lorenz, Erwin Schrödinger, Ban Ki-Moon, Jacques Delors, Mario Monti, ou encore Barbara Coudenhove-Kalergi. Ils viennent pour débattre, se confronter à des opinions quelquefois contraires, au-delà des limites universitaires ou politiques. C’est l’idée qui guide aujourd’hui encore les organisateurs du Forum.

Quelques chiffres et détails 

  Le Forum consiste en 8 symposiums et une semaine de séminaires en anglais, qui couvrent tous les domaines d’études – de l’astrophysique à l’atelier de théâtre de la Royal Accademy of Dramatic Arts, en passant par la question du bien commun et l’intelligence artificielle. 5000 participants de 90 pays s’y réunissent chaque année. Parmi eux, 700 étudiants boursiers et 650 orateurs. Les bourses qui permettent aux étudiants de participer sont attribuées à moitié par la Fondation du Forum. L’autre moitié est attribuée par le réseau Alumni, qui est présent dans 19 pays avec aujourd’hui au total 30 associations. Ils portent le nom « Club Alpbach » et sont actifs à Londres, Bruxelles, Belgrade, Vienne, en Italie, Slovénie, Suède, Ukraine, et nombre d’autres pays. Leur but est d’envoyer chaque année des étudiants engagés au Forum, mais aussi de faire vivre le fameux « esprit d’Alpbach » dans leurs villes. Deux fois par an les clubs tiennent des conférences dans une ville différente pour échanger et réfléchir ensemble sur l’avenir du Forum.

   « À Alpbach, dans cette ambiance si calme, se rencontrent des gens qui peut-être ont du pouvoir, mais qui ont surtout des visions et des rêves » témoigne Elisabeth, étudiante boursière en 2016. « On quitte Alpbach avec plus de questions que de réponses » ajoute Kathrin en parlant de son expérience au Forum. Alpbach est synonyme de débats de haut niveau tout au long de la journée (et de la nuit), et de beaucoup de rencontres inattendues. On peut se retrouver dans une conférence, à côté d’un chef d’une entreprise internationale, ou à badiner lors d’une soirée festive avec un jeune prix Nobel. Mais Alpbach signifie aussi deux semaines inoubliables, avec des personnes du monde entier dans les montagnes du Tyrol – souvent le début de solides amitiés et même d’un nombre remarquable de mariages.

  Cette année le Forum aura lieu pour la 74ième fois et il sera dédié au thème général « Liberté et sécurité». Des orateurs comme l’ancien président des Nations Unis, Ban-Ki-Moon et le président de l’Autriche Alexander Van der Bellen ont déjà été annoncés. Mais viendront aussi la philosophe hongroise Ágnes Heller, l’écrivain Iljia Trojanow, l’ancien président de la banque centrale Jean Claude Trichet et le prix nobel Joseph Stiglitz, pour en mentionner seulement quelques-uns. « Nous devons planifier en vue de la liberté, pas pour la sécurité », dit le président du Forum Franz Fischler, ex-commissaire de l’UE et homme politique autrichien, en citant le philosophe Karl Popper.

  À Alpbach, tant d’années après sa création par quelques professeurs et étudiants, on trouve encore aujourd’hui une plateforme qui cultive le débat et déborde les disciplines académiques. Une opportunité unique pour tous les jeunes, qui s’intéressent à mettre en question le monde, à avoir un regard critique. Le Forum Européen d’Alpbach, surnommé aussi « festival des idées » se veut un environnement fécond propice à l’émergence de nouvelles idées et de projets de coopération. Il ne s’agit pas seulement de repenser le présent, mais aussi de donner des inspirations et propositions concrètes pour l’avenir. Et bien sûr, de faire évoluer l’Europe.

  Peut-être, ce qui compte le plus, ce ne sont pas les grands débats, mais les expériences personnelles et l’esprit d’ouverture que chacun porte en soi en quittant, après 17 jours, ce petit village mystérieux. C’est la magie d’Alpbach. Pour la comprendre, il faut la vivre.

Pour en savoir plus :

 –> Vidéo Alpbach présentation <–

–> Site Web Alpbach <–

Anna Wolf / BWB-Press/ Bloggers Without Borders / Edité par Marie Sprauer