Le journalisme selon Françoise Giroud

giroud2-tt-width-604-height-488-bgcolor-000000

« L’écriture ne s’apprend pas, donc ne s’enseigne pas.

C’est une disposition naturelle.

Comme pour le piano on a le don ou on ne l’a pas.

Si on l’a, il faut travailler dur.

Savoir qu’un adverbe est presque toujours superflu, un qui ou un que par phrase est le maximum autorisé.

Il faut écrire avec l’Oreille, comme le disait Flaubert, pour éviter les assonances et les hiatus.

Respecter la musique personnelle de chacun, cette qualité si rare.

J’avais édicté un certain nombre de règles simples.

Numéro 1: inutile d’avoir du talent à la cinquième ligne si le lecteur vous a lâché à la quatrième.

Numéro 2: si on peut couper dix lignes dans un article sans enlever une idée, c’est qu’elles étaient de trop.

Numéro 3: jamais de point d’interrogation dans un titre, cette vilaine manie de la presse française.

Un journal est là pour répondre aux questions des lecteurs, non pour en poser.

Numéro 4: par contre placer un verbe dans un titre le renforce.

Numéro 5: suivre le conseil de Valéry: de deux mots, choisir le moindre…

Ne pas oublier que l’écriture est comme la danse, il ne faut jamais arrêter les exercices à la barre »

Françoise Giroud, Profession journaliste

Editions Hachette Littératures, 2001

Françoise Giroud a écrit plus de 6000 articles entre 1943 et 2003.